Quel est donc cet édifice massif, perché sur une colline du quartier de Zizkov ? On l’appelle « Mémorial de Vitkov », mais que commémore-t-il ? Et qui est donc ce personnage borgne, mis à l’honneur par cette énorme statue équestre ? Est-ce lui que l’on commémore ici ?

Mémorial de Vitkov à Prague

Ce mémorial est un endroit aux multiples facettes historiques, allant des guerres de religion du XVè siècle au communisme, en passant par la Première Guerre Mondiale. Je vous propose d’en découvrir un peu plus sur ce lieu hors des sentiers battus de la Vieille Ville et des zones touristiques.

Les origines

Statue de Jan Zizka, guerres de religion, Un Tour à Prague
Jan Zizka, le mythique chef de guerre hussite

En 1420, les guerres de religion ravagent l’Europe Centrale, suite à la mort du prédicateur Jan Hus. Le chef de guerre borgne Jan Zizka affronta sur cette colline une armée de Croisés largement supérieure en nombre à sa petite troupe de soldats hussites. Et pourtant, ce sont les rebelles tchèques qui l’emportèrent, dans ce combat de David contre Goliath.

En 1882, en pleine expansion des idées nationalistes en Bohême, se constitue un collectif pour l’édification d’un monument à la gloire de Zizka. En 1907, la ville de Prague décide de faire don de la colline de Vitkov pour ce projet, qui est stoppé net par la Première Guerre Mondiale.

Mémorial de Vitkov, statue de Jan Zizka, Colline de Vitkov, Un Tour à Prague
La colline de Vitkov surplombe Prague : le panorama y est incroyable !

À la fin de la guerre, la Tchécoslovaquie devient indépendante, et le projet reprend vie. On décide d’y ajouter un autre aspect mémoriel : celui des Légions Tchécoslovaques, qui se sont battues aux côtés des Alliés contre l’Autriche-Hongrie, pour leur liberté (si ce sujet vous intéresse, j’avais écrit un petit article sur les lieux de mémoire liés à ces Volontaires en France pendant mes études d’histoire, vous le trouverez ici !).

Le mémorial de Vitkov : un symbole national…

Au début des années 1920, un concours d’architecture est lancé, pour créer un mémorial qui puisse être un symbole de fierté nationale. En 1928, la première pierre du Mémorial National de la Libération est posée ; c’est l’architecte Jan Zazvorka qui en a dessiné les plans, dans un style fonctionnaliste typique de cette époque. L’inauguration prévue en 1938, pour les 20 ans de l’indépendance, n’aura pas lieu : à cette époque-là, Prague est occupée par les nazis, et le monument sert d’entrepôt à la Wehrmacht.

Mémorial de Vitkov, architecture fonctionnaliste, Un Tour à Prague
L’architecture fonctionnaliste du Mémorial de Vitkov lui confère un aspect assez austère.

Dans le même temps, en 1931, le projet de la statue équestre de Bohumil Kafka est accepté, mais la crise économique, puis l’invasion allemande mettent à nouveau le projet en pause. Ce n’est qu’en 1950 que la statue sera finalement inaugurée. Du haut de ses 9 mètres, il s’agit de la plus grande statue équestre d’Europe centrale, et la troisième plus grande du monde, après la statue de Genghis Khan à Oulan Bator (40m de hauteur, sans compter le socle !!) et celle du « Guerrier à cheval » de Skopje en Macédoine.

À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le Mémorial accueille la Tombe du Soldat Inconnu, ajoutant encore plus de symbolique à ce lieu de mémoire nationale.

La tombe du Soldat inconnu, mémorial de Vitkov
La tombe du Soldat Inconnu

…détourné par les Communistes

En 1953, le premier président communiste de la Tchécoslovaquie, Klement Gottwald, est enterré dans le Mémorial, qui devient alors un mausolée des personnalités communistes du pays. La dépouille de Gottwald est exposée à la vue de tous pendant plusieurs années, jusqu’à ce que la science ne parvienne plus à le conserver correctement : en 1962, le corps de Gottwald est finalement incinéré.

Laboratoire du pouvoir
Le laboratoire de conservation de Klement Gottwald. Drôle d’ambiance, n’est-ce pas ?

À la chute du communisme, en 1989, tous les symboles et souvenirs communistes sont retirés du monument. Les dépouilles des personnes qui y reposaient sont rendues à leurs familles ou enterrées dans la tombe du Parti Communiste du cimetière d’Olsany.

Et aujourd’hui

Au début des années 2000, le Mémorial de Vitkov est intégré à un vaste projet de réhabilitation du patrimoine de Prague. Ainsi, en 2009, il rouvre ses portes au public, après 20 ans de fermeture. Il fait à présent partie des Musées Nationaux, et accueille notamment une exposition permanente autour de l’histoire contemporaine de la Tchécoslovaquie et de la République Tchèque, ainsi que le « Laboratoire du pouvoir », consacré au totalitarisme, à la personnalité de Klement Gottwald, à la transformation du Mémorial en mausolée, et à la propagande communiste.

Mémorial de Vitkov, Grande salle, Un Tour à Prague

Et comme tout musée praguois qui se respecte, vous y trouverez également un café, avec vue panoramique sur la ville. Son ambiance est très particulière, avec un décor imposant et globalement sombre, où le marbre est omniprésent, comme dans le reste de l’édifice.

Le Mémorial de Vitkov est entouré d’un vaste parc, lieu idéal pour une promenade familiale ou pour prendre un verre au beer-garden en cas de forte chaleur ! Pour y accéder, vous pouvez emprunter le tunnel de Zizkov, qui relie le quartier de Karlin à celui de Zizkov, construit pendant la Guerre Froide pour servir de couverture antiatomique. Aujourd’hui encore, il peut accueillir 1250 personnes pendant 72 heures en cas de catastrophe. Si son apparence un tantinet glauque peut rebuter, vous n’y ferez aucune mauvaise rencontre : Prague est une ville très safe !

Author

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *