La Place Venceslas, c’est l’équivalent praguois de nos Champs-Élysées français (mes lecteurs non-français me pardonneront cette référence un poil chauvine) : une grande et belle avenue dans le centre-ville de Prague, avec de nombreuses boutiques, et un monument célèbre à son extrémité : le Musée National (et la statue de Saint Venceslas).

Un peu d’histoire…

Avant que la Place Venceslas ne devienne la Place Venceslas, cette avenue avait beaucoup moins de classe, il faut bien dire ce qui est. Il s’agissait, depuis le XIVè siècle et la fondation de la Nouvelle Ville par Charles IV, du marché aux chevaux. Un endroit plein de fumier, de bruit, de marchands et de produits agricoles. On y trouve également des brasseries, ateliers de ferronnerie et de sellerie, ainsi que quelques maisons et ateliers d’artisans, mais aussi deux potences où sont exécutée les peines capitales de la ville.

Vue sur la Place Venceslas au XIXè siècle. Source : wikimedia commons. Domaine public.

Un lieu pas forcément ultra glamour, donc, malgré les efforts des différents dirigeants de la ville pour en faire un endroit attractif : de nombreuses statues s’y succèdent au fil des siècles (Saint Venceslas et saint Jean Népomucène y ont trôné quelques temps), on y installe des lampadaires au gaz, on y construit un théâtre, que l’on détruit quelques temps plus tard, on y plante des rangées de platane, puis on édifie le Musée National, et on remplace les platanes par des tilleuls. Bref, on a tout essayé, ou presque. Mais à la fin du XIXè siècle, on décide de se doter, comme toute bonne capitale européenne, d’une grande et belle avenue. On supprime donc le marché aux chevaux, et on crée la Place Venceslas. Une place-avenue digne d’une grande cité, au même titre que les Champs-Élysées à Paris, Graben à Vienne, Unter-den-Linden à Berlin, la Via Veneto à Rome ou Oxford Street à Londres. Prague se dote d’une avenue prestigieuse, et rejoint ainsi les grandes capitales européennes.

La Place Venceslas en 1918. Source : wikimedia commons. Auteur inconnu. Domaine public.

La Place Venceslas au XXè siècle : un lieu qui devient symbolique

Devenu le centre de Prague, la Place Venceslas a pris une dimension très symbolique et très forte au cœur des Tchèques au cours du XXè siècle. Elle a en effet été le théâtre de nombreux événements fondamentaux dans l’histoire tchèque contemporaine. Lorsque la Tchéquie était encore sous le joug austro-hongrois, en 1905, une large manifestation en faveur du droit de vote pour les Tchèques s’est tenue sur cette Place Venceslas toute récente. Le symbole est fort : Saint Venceslas est le Saint-Patron du pays. En 1918, après la Ière Guerre Mondiale et le Traité de Versailles, c’est encore sur cette place qu’est déclarée l’indépendance du pays, puis, en 1945, on y déclare la fin de la Seconde Guerre Mondiale. En 1948, c’est encore ici que se tient une manifestation pro-communiste, à la suite de laquelle un gouvernement communiste est mis en place. Le pays devient un état satellite de l’URSS.

En 1968, les chars du Pacte de Varsovie sont envoyés mater le Printemps de Prague. C’est sur la Place Venceslas que la population s’oppose à ces chars, en s’interposant, désarmée, entre eux et la ville.

Photo: STR Agence France-Presse

En 1969, le 16 janvier, c’est encore sur la Place Venceslas, et suite aux événements de l’année précédente, que Jan Palach, étudiant en histoire, s’immole par le feu pour protester contre l’invasion de la Tchécoslovaquie par les chars du Pacte de Varsovie. Il est suivi le 25 février par Jan Zajic, qui étudiait dans l’enseignement technique afin de travailler dans les chemins de fer. Cela marque le début de la rébellion du pays, et a un écho très fort dans les pays du bloc de l’Ouest, notamment en France.

Enfin, en 1989, c’est là que se déroulent une grande partie des événements de la Révolution de Velours, qui mènera à la chute du régime communiste Tchécoslovaquie. Les manifestations contre le régime rassembleront jusqu’à 250 000 personnes.

Manifestants contre le régime communiste sur la Place Venceslas de Prague en 1989.
La Place Venceslas pendant la Révolution de Velours en 1989. Josef Šrámek ml., CC BY 4.0, via Wikimedia Commons.

Tous ces événements sont la raison pour laquelle cette avenue est aujourd’hui considérée comme un haut lieu de la démocratie, où de nombreuses manifestations ont encore lieu aujourd’hui.

Mais outre son aspect symbolique fort, cette place est également riche en merveilles architecturales. Pour ne pas surcharger cet article, j’en ai fait un autre sur le sujet, que vous trouverez juste ici !

Author

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *